À tous les procrastineurs et autres indécis.

À toujours vouloir faire mieux, on finit par ne rien faire du tout. Si tu es comme moi, rentre-toi bien ça dans le crâne:

Mieux vaut avancer à coup d’initiatives imparfaites que de rester immobile.

Parce que le désir de faire les choses très bien peut devenir extrêmement paralysant,
alors on se fout une pression de dingue, tout seul, sans l’aide de personne et on reste figé,
spectateur de sa vie.

Moi qui veut ramasser des opportunités sauf que j’ai plus de place dans mon sac.

 

Tout avait pourtant si bien commencé

J’ai eu la chance de grandir dans un environnement propice à la créativité.
Dans ma famille, des couturiers, ébénistes, artistes peintres, coiffeurs, un père qui conçoit des maisons et une maman qui se donne à fond pour que chaque jour soit une belle aventure.
L’enfant que j’étais possédait tous les outils pour devenir un adulte curieux et épanoui.
Sauf que voilà, j’ai paniqué. « Comment ? On peut faire tout ça ? Mais, mais une seule vie c’est du tout pas assez ! »

Tout d’abord, j’ai très longtemps confondu facilité d’apprentissage et intérêt réel.
Alors avec mon 18 de moyenne en biologie depuis la 6ème, j’ai tout naturellement pensé que je voulais devenir… biologiste !
Mais en fait, la bio c’était la seule matière qui ne me faisait pas atrocement chier, c’est tout.
D’ailleurs, ma première et seule année de fac s’est très mal passée. On en parlera peut-être un jour.

 

Jamais sans ma valise de tâches inachevées

Mes  vies alternatives

Au lycée,

  • J’ai commencé à faire des vidéos rigolotes que j’ai posté sur un site
    qui venait de sortir la même année, Youtube (Tu connais ?) puis j’ai arrêté.
  • J’ai aussi commencé un blog avec des illustrations marrantes que je faisais.
    Puis j’ai arrêté.
  • J’ai fait des mini cartoons sur un site d’animation en ligne, je suis devenue populaire,
    tout le monde m’ajoutait sur MSN pour pouvoir me parler, puis j’ai arrêté.
  • J’ai fait des bijoux en forme de pâtisseries ultra réalistes avec une amie,
    on a fait une boutique en ligne, on a vendu des choses, puis j’ai arrêté.

Bon tu l’auras compris, rien de bien glorieux.
J’ai donc fait un peu de tout sans jamais jeter l’ancre nul part.

Mon seul repaire était la photographie. J’ai cette facilité à m’isoler même au milieu d’une foule. Dans ma bulle, j’observe, inaccessible. Aucun détail ne m’échappe.
Et avec une certaine pudeur sans doute, je partage ma vision du monde, sans un mot.

Sauf qu’il me manquait deux compétences primordiale.

 

Moi quand je termine mon travail dans les temps

La rigueur et la confiance en soi.

Et il me les manque toujours en fait.
S’en est alors suivi tout un tas de problèmes.
Retards de livraison, appréhension de décevoir le client, et j’en passe.
Et j’ai fait pareil pour un million d’aspects de ma vie.

Je suis la copine qui arrive en retard et qui oublie de te ramener le bouquin que tu lui a prêté il y a 6 mois(et quand je te le ramène enfin toute fière, tu en as acheté un autre exemplaire).
Je suis la sœur qui mange ton chocolat préféré planqué au fond du frigo en disant « oups! ».
Je suis cette fille à l’ouest qui traîne dans ta boutique à 18h59 et a qui tu es obligée de dire « excusez-moi, nous fermons. »
J’oublie le linge humide dans le lave-linge, je laisse un pot de yaourt vide perdu sous le lit pendant deux semaines.

Et face à ça je fais quoi ? Je me fige. Je ne me sens pas à la hauteur de toutes les tâches que j’ai empilé soigneusement.
Alors tout s’accumule, ça monte, ça déborde.

 

Ok, mais qu’est-ce qu’on fait alors ?

Et bien c’est à la fois très simple et infiniment difficile. ON SE BOUGE LE CUL !
Débarrasse toi des fardeaux inutiles et fais des choses.
Avance, expérimente, teste, tombe, relève-toi, continue, évolue, tu n’as aucune excuse.
N’aies jamais peur d’échouer, car c’est en se trompant qu’on apprend à faire mieux.
Il n’y a jamais qu’une seule et unique « chance » à saisir dans la vie, jamais une seule voie qui mène au bonheur.

 

Quelques soient les opportunités qui t’ont échappées, quelque soit ton âge et ton parcours de vie,
c’est toujours le bon moment pour devenir une meilleur version de soi-même.

BONUS

J’espère que toi aussi tu vas trouver la force de changer.
Sinon, voilà une application géniale qui devrait prêter main forte au procrastineur que tu es. C’est cadeau.

https://app.nozbe.com/

Et toi, quels sont tes gros défauts et comment les combats-tu ?

photos & illustration: @haripear



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *